Leçon de musique : Chopin

dans theatre

Hier soir, j’ai emmené ma mère et mon petit frère au Théâtre du Châtelet pour voir une leçon de musique de Jean-François Zygel, sur Frédéric Chopin.

Pendant deux heures, Zygel nous a fait rire, nous a fait sourire, nous a intéressé — le public était très jeune, c’était gratuit pour les moins de quinze ans, et la salle comble, faut dire, la place à 15€, c’est rien — et nous a fait parcourir l’intégralité du répertoire de Chopin. (Non, il n’a pas joué in extenso l’intégralité du répertoire, pas le temps.)

On découvre le rubato, qui est un tempo sans tempo — c’est à dire que le tempo accélère et ralentis constamment, il a pour but de rompre avec la rigueur temporelle de la mesure.

C‘est à l’époque de Chopin que naît la forme de spectacle que l’on connaît de nous jours sous le nom de récital, c’est à dire, un spectacle consacré à un soliste, ou a un seul genre. À l’époque, un spectacle contient des danses, des chants, et de la musique, le tout ensemble, ou séparé, mais jamais un spectacle n’a été composé d’une seule personne qui vient jouer d’un seul instrument.

Chopin a aussi introduit un nombre considérable d’avancées dans la technique de jeu du piano, notamment l’extension des accords en arpèges, plaqués ou encore en batterie qui ajoutent des petits groupes de notes sur la partition et donnent une certaine légèreté à l’ensemble.

Pendant ces deux heures, nous avons eu droit à des études, des préludes, nocturnes, mazurkas, valses, polonaises, sonates, ballades, tarentelles, concertos, scherzos, écossaises, un boléro, et une marche funèbre. Une leçon parfois décoiffante, ou Zygel a été aidé par la mezzo-soprano Isabelle Druet, le violoncelliste François Salque, et le pianiste virtuose Roustem Saitkoulov.

Posté par Mathieu Arnold le mardi 11 décembre 2007 à 23:26

Rétroliens (0)

La discussion continue ailleurs…
Adresse du rétrolien : http://w.mat.cc/trackback/57

Commentaires

Le mercredi 6 février 2013 à 19:14, Viina a écrit :
Nice piece, its a sad fact that many polpee get so caghut up in what the composer wrote thousands of years ago and struggling to follow those notes to the letter, that they forget that the composer is still there ready to support them, and encourage them. They try so hard to attach meaning to the piece by studying the time, culture and politics of when it was written, that they forget that they can still go to the composer and ask what does this piece mean in the modern world? How can we interpret it to make it relevant to modern society and playable with modern instruments?'The reading of Scripture is too often done in isolation from God polpee read it looking for rules and regulations about how to live their lives (many times in order to point out how sinful someone else is). We as Christians need to remember when we are utilising this fantastic resource which God has given us that it is useless unless we seek out and communicate with the composer'. Scripture is a tool a very important one to aid us in understanding our creator, mankind's faltering relationship with Him, and His enduring love for us. We must remember however that our understanding of and relationship with God only begins with scripture, it is not confined by it.
Poster un commentaire
(facultatif)

« Agent double   Clownissimo »