Un prix goncourt…

dans livre

Alabama Song

J’ai terminé ce matin le prix goncourt ’07, Alabama Song. Ce n’est pas mon habitude de lire des livres primés, mais il m’a été recommandé, alors, je me suis dit, pourquoi pas…

Il se lit très vite, et très facilement. (je l’ai commencé mardi matin, et je ne lis, en général, que dans le métro.) Il raconte la vie de Zelda Sayre Fitzgerald, épouse du célèbre écrivain américain F. Scott Fitzgerald. Il s’agit d’un roman et non d’une biographie, en effet, même s’il y a une grande partie de vérité, il y a aussi une grande partie d’invention, de roman quoi.

Tout commence début 1918, Zelda a de beaux cheveux blonds, un teint clair, des yeux noirs, et considérée comme l’une des plus jolie de l’état d’Alabama. Elle est fille de notable, et plaît beaucoup, sort beaucoup, surtout avec des soldats stationnés dans la garnison près de sa ville natale, Montgomery.

Elle y rencontrera Scott, les débuts de leur relation sont mouvementés, est-elle fidèle, veut-il s’engager ?

Ils se marient en 1920, s’installent à New York, incarnent l’esprit des années 1920, s’abandonnent dans l’alcool…

En 1924, elle aura une histoire avec un aviateur français, Joz, pendant un de leurs voyages en France. Suite à ça, et pour l’empêcher de le revoir, Scott l’enfermera dans leur maison. C’est pour elle le début de la fin, elle sombre petit à petit dans la schizophrénie.

Il la fera ensuite enfermer dans des hôpitaux psychiatriques, en Suisse, puis aux États-Unis. Elle y écrira son unique roman, écrit pendant de brèves périodes de lucidité. Après la mort de Scott en 1940, elle continuera a fréquenter ces hôpitaux, et y décédera lors d’un incendie en 1948.

Posté par Mathieu Arnold le vendredi 7 décembre 2007 à 20:25

Rétroliens (0)

La discussion continue ailleurs…
Adresse du rétrolien : http://w.mat.cc/trackback/55

Commentaires

Le lundi 17 novembre 2008 à 12:32, Julien a écrit :
Je te conseille un très bon livre qui aurait peut être pu être Prix Goncourt, voir lien...
Poster un commentaire
(facultatif)

« La Femme du Monstre   Agent double »