Ézoah, immemoria et Ténébria

dans livre
Ézoah
Immemoria
Ténébria

Il y a quelques mois, je m’approchais de la fin de mon marathon Pratchett, et j’allais me retrouver sans livre à lire, alors, je suis allé dans quelques librairies, et j’ai pioché un peu au hasard.

Je suis tombé sur ézoah, un livre «pour enfants», enfin, on peut le lire à un enfant, et ça lui plaira. Maintenant, ça plaira aussi à un adulte (enfin, un adulte qui n’a pas décidé qu’il était trop grand pour lire un livre comme ça, genre, comme moi) parce que rien que dans le premier tome, il doit y avoir plus d’une centaine de références à des chansons, et il doit y en avoir autant dans chacun des deux tomes suivants. Toutes ces références, enfin, celles que j’ai vu, m’ont souvent fait relire deux ou trois phrases pour être sur que, «ah, si, ils ont osé», et m’ont en général beaucoup fait rire.

Hum, qu’est ce que je voulais vous dire déjà, ah, oui…

Donc, le premier tome nous raconte comment, depuis le plus haut donjon de son château, Elder, le vieux Gardien est fatigué, ses mondes se détraquent, pour tout réparer, il lui faudrait rêver, mais son esprit n’y est plus. Tout au long du livre, on verra son château se délabrer et tendre des pièges aux Envoyés, des êtres, un par monde, qui sont là pour protéger le Gardien.

Dans ce livre, nous allons aussi découvrir une petite espagnole, Ézoah, 8 ans, qui, au début, ne comprends pas trop ce qu’elle fait là, mais qui se rends compte qu’elle arrive a bizardouiller des trucbidules, comme une araignée bergère de meubles sauvages (quoi de plus normal dans le mondes des animaux) a base de morceaux de métal, et qui se balade donc toujours avec un sac plein de trucs et de bidules qu’elle ramasse un peu partout. Elle finit par se rendre compte qu’elle va devoir faire quelque chose pour sauver le monde sur lequel elle a atterrie. Elle se lance donc à la recherche de la capitale, mais les choses se détraquent, et elle tombe dans un passage entre les mondes et se retrouve dans le monde de l’inverse et y rencontre l’Appelé de ce monde là, Sven, 10 ans, suédois et intello…

Elle va comme ça tout au long du premier tome et du deuxième passer de monde en monde, a chaque fois, y rencontrer un Appelé, toujours, en échappant de peu a une mort certaine, ou a tant de choses, je ne vais pas tout vous raconter non plus. Le deuxième tome se termine un peu tragiquement, tous les Appelés, qui ont été séparés, puis qui se retrouvent en un même lieu, et suite a une bataille endiablée, l’un d’entre eux meurt, et les survivants deviennent ensorcelés par la maléfique Ténébria qui n’a qu’une envie, faire disparaître toutes les lunes, et faire venir les ténèbres partout.

Dans le troisième tome, elle envoie donc les Appelés lui construire un palais, chacun dans son monde d’origine, mais, les mondes, qui ont plus d’un tour dans leur sac, possèdent chacun un Sage, ces Sages vont adouber les Appelés. Les appelés vont alors changer leur mission et se mettre à reconstruire les mondes, a les réinventer plutôt.

La deuxième partie de ce tome raconte ensuite la bataille infernale entre les armées de tous les mondes contre l’armée maléfique de Ténébria et son monde Obscur. Une bataille acharnée ou beaucoup périront. Mais grâce a leurs pouvoirs magiques, ils finissent par en venir à bout. (C’est un livre pour enfants, rappelez vous.)

J’ai pris beaucoup de plaisir à lire cette trilogie, c’est rafraîchissant, jeune, frais, et tout.

Posté par Mathieu Arnold le mardi 27 novembre 2007 à 00:05

Rétroliens (0)

La discussion continue ailleurs…
Adresse du rétrolien : http://w.mat.cc/trackback/52

Commentaires

Le jeudi 7 février 2008 à 19:21, Bertrand Ferrier a écrit :
Mathieu,
Je ne vous parlerai pas de ma vie, c'est rare quand ça m'arrive. Deux-trois mots suffiront, y a pas grand-chose à dire : passé trente ans et déjà, du moins j'imagine, je n'aurai jamais mon nom dans les magazines. Pas grave, on me l'a montré (ainsi que celui de Maxime Fontaine) dans votre blog, ça compense !
Je vous remercie pour votre enthousiasme et votre sens de la chansonnette. Vous avez beaucoup de goût, même si c'est structurellement très antisubjectif. Après une telle critique, je ne peux que vous souhaiter que votre gling fasse chpof. J'espère que ma prochaine trilogie, à paraître chez Lito, vous plaira autant. Mais je ne vous parlerai pas d'elle - elle est à côté de moi quand je me réveille, elle a sûrement un contrat avec mon réveil...
Musico-littérairement vôtre,
Bertrand Ferrier.
PS : et si vous aimez fredonner, jetez donc un oeil à "Gling !" (Le Livre de Poche Jeunesse), que j'ai aussi co-écrit et qui devrait vous amuser quelque temps itou, à moins que vous n'aimiez pas avoir la (francis) banane comme soufflée d'une sarbacane.
Le mercredi 14 janvier 2009 à 16:22, Kerleau Roxane a écrit :
Je suis au 3ème tome. Et j'ai vraiment hâte de découvrir la fin. Mais connaissant déjà un peu le genre de cette fabuleuse histoire elle ne risque pas de terminer comme tout le monde peu le penser, une fin impressionnante mais qui me donnera quant même l'envie de pleurer. C'est une histoire extraordinaire comme je ne réussirai certainement pas a donner les même sensation dans la mienne. Elle a du vous donner beaucoup de mal mais en même temps vous procurer du plaisir a vous familiariser avec les personnage que vous avez crée. Je suis grande admiratrice de votre travail et j'espère pour vous de continuer brièvement votre parcour.
Le mercredi 13 janvier 2010 à 10:32, azagra a écrit :
j'ai beaucoup aimé votre livre, car il y a des choses totalement démentes on ne sait même ou vous avez eu ses idées la. Moi même fande livre fantastique j'ai adoré votre style d'écriture et j'essaye aussi desesperement d'écrire un roman d'aventure fantastique mais malheureusement ce n'est pas si facile que ça donc si vous avez des conseils n'hesitez pas à m'en donner sur mon adresse. MERCI BEAUCOUP j'éspere que vous continuerez comme ça ++
Le samedi 16 octobre 2010 à 10:05, ezoah a écrit :
jadore ce bouquin jai le tome 1 ezoah je suis en train de la lire
Le mardi 12 mars 2013 à 19:48, Jung a écrit :
J'ai commence9 e0 lire se9rieusement jusqu'au mot AlQaefda qu'on rtjouae par ces temps e0 toutes les sauces et le0 stop: du pipo !De la litte9rature nouvelles technologies je me retrouve avec radio trottoir
Le mercredi 13 mars 2013 à 15:11, ndalhydp a écrit :
vNxJfN ctpisaovlheu
Le vendredi 1 novembre 2013 à 18:34, Hasan a écrit :
Shalom Meir. Je suis une dame frane7aise qui vit en Israebl depuis trntee cinq ans. C'est la premie8re fois que j'ai compris que monsieur pouvait eatre autre chose qu'un titre pompeux.
Poster un commentaire
(facultatif)

« Olivennes : le rapport qui tue…   Quagga, avec un bug en moins… »